Assistance
Le risque pénal

Le risque pénal

Auteur : Par Claire Garcia et Ghislaine Betton
Publié le : 22/12/2020 22 décembre déc. 12 2020

POUR L’ANCIEN DIRIGEANT POUR DES FAITS POSTERIEURS A SON MANDAT

La Chambre Criminelle de la Cour de Cassation valide, pour la première fois, la possibilité pour un ancien dirigeant d’être condamné pour des faits postérieurs à la cessation de ses fonctions.

Cass. crim. 9-9-2020 n° 19-81.118 F-D

En principe, dans le cadre de l'activité de l'entreprise et dans l’exercice de leur mandat, les dirigeants sociaux peuvent engager leur responsabilité pénale :

-    Lorsqu’ils commettent personnellement les infractions dans l'exercice de leurs fonctions ;

-    Lorsqu’ils sont déclarés responsables d'infractions commises par leurs préposés et qui se rattachent à l’activité de l'entreprise. Elle peut être recherchée en cas de violation de réglementations applicables, ou relever du délit d'imprudence, de négligence ou de mise en danger délibérée de la vie d'autrui (C. pén., art.  121-3) ;

En théorie donc, ces infractions ne peuvent être caractérisées qu’à l’occasion de l’exercice de leur fonction et nécessitent donc que soit rapportée la preuve de l’existence d’un mandat social.

Les dispositions législatives précisent, toutefois, que les textes relatifs aux infractions sont également applicables aux dirigeants « de fait ».

Cela suppose cependant que les juridictions répressives caractérisent l’existence d’une « gestion de fait », en recherchant l’exercice « en toute indépendance » et liberté, d’une activité positive de gestion et de direction (Cass.Com. 10 octobre 1995 / n° 93-15.553)

Dès lors, le dirigeant de droit, ayant été déchargé de ses fonctions en suite de l’assemblée générale ayant délibéré à cet effet ne peut, en principe, et sauf poursuite d’une gestion de fait caractérisée, pas voir sa responsabilité pénale engagée pour des faits commis postérieurs à ce dessaisissement. 

C’est justement de ce fondement que se prévalaient en l’espèce les avocats d’une ex-gérante de SARL pour contester la condamnation de celle-ci, en qualité de « gérante de droit » pour des faits portant sur le fonctionnement de la société (notamment travail dissimulé, abus de biens sociaux et banqueroute) commis postérieurement à la cessation de ses fonctions. 

La Cour de Cassation, aux fins de valider la décision des juges d’appel, retient que les formalités d’enregistrement de la cessation des fonctions de la prévenue n’ayant été publiées au greffe qu’un an après l’assemblée générale actant de la fin de son mandat social, l’ancienne gérante pouvait valablement être qualifiée de « gérante de droit » tant que les formalités n’avaient pas été effectuées.

Cela revient-il à dire que le dirigeant ne serait déchargé du risque de voir sa responsabilité pénale engagée qu’au moment de la publication au greffe de la modification de mandataire social ? 

Une telle solution serait surprenante en droit, tant elle serait contraire au principe de personnalité des délits et des peines. Elle serait également susceptible d’aboutir, en pratique, à des condamnations parfaitement inéquitables dans les cas où la publication du changement de mandataire social interviendrait tardivement (à dessein ou par négligence), indépendamment de la volonté de l’ancien dirigeant. 

La solution retenue par la Chambre criminelle est en réalité plus mesurée, et n’a, en l’état pas vocation à créer un principe absolu de responsabilité pénale de l’ancien dirigeant pour la période comprise entre son dessaisissement et la publication de celui-ci, pour des faits délictueux portant sur le fonctionnement de la société.

La Cour de cassation retient en réalité deux critères pour statuer :
  • En premier lieu, le changement du gérant de droit d'une SARL ne produisant effet à l'égard des tiers que lorsque les formalités légales de publicité relatives à ce changement ont été accomplies, la qualification de « gérant de droit » pouvait être retenue ;
  • En second lieu, la gérante avait, de concert avec son coassocié, elle-même retardé la publication du changement de dirigeant, avait ainsi conservé en fait et en droit ses prérogatives de gérant, 
Il apparait ainsi que les juges n’ont en réalité pas retenu pour seul et unique critère l’absence de publication au greffe du changement de gérance aux fins de condamner l’ancienne gérante en sa qualité de « gérante de droit », mais se sont attachés à vérifier l’effectivité de ce changement de dirigeant au regard des faits particuliers de l’espèce.

Ce faisant, la Chambre criminelle de la Cour de Cassation rejoint la position déjà émise par la Chambre Commerciale, qui avait pu considérer que le défaut de publication du changement de mandataire social ne permet certes pas à elle seule de le poursuivre en responsabilité pour insuffisance d'actif, mais c’est à la condition qu'il ait effectivement cessé d'exercer ses fonctions avant l'apparition de la situation ayant abouti à l'insuffisance d'actif .Tel n’était pas le cas en l’espèce, la démission invoquée par le dirigeant poursuivi apparaissant, là aussi, fictive. (Cass. com. 14-10-1997 n° 95-15.384 : RJDA 1/98 n° 86)

Toutefois, par cette décision, la Chambre Criminelle, en qualifiant de « gérant de droit » un ancien dirigeant pour une période postérieure à la cessation de ses fonctions et malgré l’existence d’une assemblée générale ayant prononcé son dessaisissement, accroit ainsi le risque pénal pesant sur l’ancien dirigeant, puisque celui-ci peut voir sa responsabilité pénale engagée, hors l’existence de tout mandat social, et ce, sans que les juridictions n’aient à vérifier l’existence, dans les faits, de l’exercice d’une activité positive de gestion et de direction. 

Il conviendra dès lors, dans le cadre d’une modification de dirigeant, d’être particulièrement vigilant :
  • Pour s’assurer de la promptitude de l’accomplissement des formalités visant à la publication de cette modification ;
  • A la réalisation, durant cette période d’acte positifs de gestion par l’ancien dirigeant, pouvant mener à remettre en cause l’effectivité de son dessaisissement. 
Fort de son expertise, le Cabinet Pivoine Avocats vous conseille et vous accompagne aux fins d’anticiper le risque pénal de votre entreprise, mais aussi celui lié à l’exercice de votre mandat social. Le Cabinet se tient également à votre disposition pour vous assister et vous conseiller dans le cadre de procédure pénales vous impliquant personnellement, ou votre société. Pour plus d’information ou prendre rendez-vous, contactez-nous. 

Historique

  • Le risque pénal
    Publié le : 22/12/2020 22 décembre déc. 12 2020
    Actualités
    Droit pénal des affaires
    Le risque pénal
    POUR L’ANCIEN DIRIGEANT POUR DES FAITS POSTERIEURS A SON MANDAT La Chambre Criminelle de la Cour de Cassation valide, pour la première fois, la possibilité pour un ancien dirigeant d’être condamné pour des faits postérieurs à la cessation de ses fonctions. Cass. crim. 9-9-2020 n° 19-81.118 F-...
  • La protection limitée des données à caractère personnel ayant un caractère public
    Publié le : 22/12/2020 22 décembre déc. 12 2020
    Actualités
    Droit des plateformes numériques
    La protection limitée des données à caractère personnel ayant un caractère public
    Les fiches Google My Business Les données à caractère personnel désignent tous types d’informations se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable, que ce soit de manière directe ou indirecte, notamment par référence à un nom, à un numéro d’identification, des données de locali...
  • Click and Collect
    Publié le : 07/12/2020 07 décembre déc. 12 2020
    Droit des plateformes numériques
    Click and Collect
    Quelles obligations pour le cybermarchand dans le cadre de ses relations BtoC ? Suite à la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, le Click and Collect a été largement admis comme une alternative permettant aux commerçants de vendre leurs produits sur internet et, ainsi, minimiser l’...
  • OFFRE DE REPRISE D'ENTREPRISE
    Publié le : 01/12/2020 01 décembre déc. 12 2020
    Entreprises en difficultés
    OFFRE DE REPRISE D'ENTREPRISE
    ETENDUE DE LA GARANTIE DE L’AUTEUR DE L’OFFRE  EN CAS DE SUBSTITUTION DE CESSIONNAIRE Violaine Reymond, Nicolas Rosain, Claire Garcia et Ghislaine Betton font le point sur le sujet… Dans le contexte sanitaire actuel, le nombre de cessions d’entreprises à la barre du Tribunal risque de con...
  • Droit des plateformes numériques
    Publié le : 20/11/2020 20 novembre nov. 11 2020
    Droit des plateformes numériques
    Droit des plateformes numériques
    Définition, enjeux, obligations de l’opérateur. V
  • Entreprises en difficulté et droit du travail
    Publié le : 20/11/2020 20 novembre nov. 11 2020
    Entreprises en difficultés
    Entreprises en difficulté et droit du travail
    Une cession isolée d’actifs peut justifier le transfert automatique des contrats de travail au repreneur
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.