Assistance
LE SORT DE LA CAUTION, EN CAS DE CESSION D’UNE ENTREPRISE, A LA BARRE DU TRIBUNAL

LE SORT DE LA CAUTION, EN CAS DE CESSION D’UNE ENTREPRISE, A LA BARRE DU TRIBUNAL

Auteurs : Nicolas Rosain,Cynthia Chaumas-Pellet,Ghislaine Betton
Publié le : 06/11/2020 06 novembre nov. 11 2020

Prudence, prudence...



La crise économique liée à l’épidémie de Covid-19 est inédite et pourrait avoir des conséquences sur la santé financière de nombreuses entreprises, au titre desquelles figurent, notamment, les restaurants et débits de boissons.

En dépit des mesures d’aide mises en place par le Gouvernement visant à préserver la trésorerie de ces entreprises, une vague de défaillances est probable, au cours des prochains mois.

Il peut s’agir de procédures de sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation judiciaire, selon la gravité des difficultés rencontrées par l’entreprise.

Lorsque le dirigeant ne parvient pas à restructurer son entreprise, ensuite de l’ouverture d’une procédure collective, il est possible d’envisager une « reprise » de ladite entreprise à l’occasion d’un plan de cession.

Cette cession à la barre du Tribunal est une notion relativement floue, encadrée par les articles L642-1 et suivants du Code de commerce.

Il s’agit, en termes simples, d’une poursuite d’activité entre les mains d’un repreneur.

Lorsqu’un fonds de commerce est cédé dans le cadre d’une procédure collective, le repreneur peut se trouver en présence de biens mobiliers ou immobiliers, pour l’acquisition desquels des prêts ont été consentis.

Si ces biens sont intégrés dans l’actif repris, le repreneur devra régler les échéances postérieures, s’il veut les conserver.

Par ailleurs, il est d’usage qu’un prêt soit assorti d’une sûreté (caution, hypothèque, gage, privilège de prêteur de deniers, nantissement, etc).

Or, que deviennent les sûretés initialement consenties, notamment la caution, en cas de plan de cession et plus particulièrement, dans l’hypothèse d’une défaillance du cessionnaire ?

En pratique, la question du sort de ces sûretés et notamment de la caution n’a pas toujours été évidente, en dépit des précisions apportées par l’article L642-12 al. 4 du Code de commerce, lequel prévoit que :

« la charge des sûretés immobilières et mobilières spéciales garantissant le remboursement d’un crédit consenti à l’entreprise pour lui permettre le financement d’un bien sur lequel portent ces sûretés est transmise au cessionnaire. Celui-ci est alors tenu d’acquitter entre les mains du créancier les échéances convenues avec lui et qui restent dues à compter du transfert de la propriété ou, en cas de location-gérance, de la jouissance du bien sur lequel porte la garantie […]».

Il ressort de cet article que le cessionnaire n’est effectivement tenu d’acquitter que les échéances postérieures, dues à compter du transfert de propriété.

Les échéances antérieures impayées doivent, quant à elles, avoir fait l’objet d’une déclaration au passif du cédant.

Il n’appartient donc pas au cessionnaire de régler les dettes antérieures à la cession.

S’agissant des sûretés garantissant le remboursement du financement, cet article prévoit leur transfert au cessionnaire.

Or, la caution s’est engagée, à l’origine, pour le débiteur et non pour le repreneur.

Il semble donc inenvisageable que la caution du débiteur principal soit tenue pour les engagements du cessionnaire.

Ce n’est pourtant pas ce qu’a retenu la chambre commerciale de la Cour de cassation, dans un arrêt du 8 janvier 2020 (n°18-21.925).

Aux termes d’un arrêt inédit, elle a jugé que :

« Si le cessionnaire de l’entreprise est tenu, en application de l’article L642-12 alinéa 4 du Code de commerce, de payer les échéances de remboursement du prêt qui sont postérieures à la cession du bien financé, la caution de l’emprunteur demeure tenue, dans les mêmes conditions que celui-ci, de rembourser, sous déduction des sommes versées par le cessionnaire, l’intégralité de l’emprunt, y compris les échéances exigibles après l’ouverture de la procédure collective ».

Ainsi, il résulte de cette décision que la caution solidaire des engagements de l’emprunteur demeure tenue de garantir l’exécution du prêt, en dépit de l’engagement du cessionnaire de payer, après arrêté du plan de cession, les mensualités à échoir.

Cette décision, sévère pour la caution, avait déjà été suggérée en 2016, puisque la Cour de cassation avait jugé que l’obligation de paiement de la caution ne pouvait être limitée aux échéances échues antérieurement au plan de cession, que s’il avait été expressément convenu avec le prêteur que celui-ci avait entendu libérer la caution de ses engagements, pour les échéances postérieures à la cession.

Cass, Com, 9 février 2016, n°14-23.219

Elle vient également confirmer un arrêt du 20 mars 2019 (n°17-29.009), aux termes duquel il avait été jugé que le jugement arrêtant le plan de cession n’entraînait pas une novation de droit par changement de débiteur, qui aurait pour conséquence de libérer la caution solidaire de son engagement.
En pratique, les établissements bancaires seront frileux à l’idée de décharger les cautions de leurs engagements.

Il convient donc d’être prudent lorsque vous êtes caution des prêts d’une entreprise cédée à la barre du Tribunal et de tenter, dans la mesure du possible, d’obtenir un tel accord des banques.

A défaut, le risque d’être poursuivi, en cas de défaillance du repreneur, ne pourra être exclu.
PIVOINE AVOCATS reste présent à vos côtés, pour examiner votre situation et vous accompagner, que vous soyez caution d’engagement d’une entreprise en difficulté ou que vous ayez un projet de reprise dans le cadre d’un plan de cession.

N’hésitez pas à nous contacter !

Historique

  • Distinction subtile sur la responsabilité du banquier
    Publié le : 12/11/2020 12 novembre nov. 11 2020
    Contentieux des affaires, litiges commerciaux
    Entreprises en difficultés
    Distinction subtile sur la responsabilité du banquier
    Des subtilités à découvrir ! Par deux arrêts du 23 septembre 2020, la Haute juridiction a jugé que l’article L650-1 du Code de commerce ne pouvait pas fonder une action en responsabilité des établissements de crédit ayant réduit, voire retiré, les concours bancaires consentis à une socié...
  • Des délais de procédure beaucoup trop longs
    Publié le : 12/11/2020 12 novembre nov. 11 2020
    Contentieux des affaires, litiges commerciaux
    Vie des affaires
    Des délais de procédure beaucoup trop longs
    Quelles sont alternatives aux règlements judiciaires des différends ? L’année 2020 restera, pour la Justice française, une année de crises, où se sont enchaînées, entres autres, les grèves contre la réforme des retraites et la pandémie de ‘’Covid-19’’, qui ont pratiquement paralysé le systèm...
  • LE SORT DE LA CAUTION, EN CAS DE CESSION D’UNE ENTREPRISE, A LA BARRE DU TRIBUNAL
    Publié le : 06/11/2020 06 novembre nov. 11 2020
    Entreprises en difficultés
    LE SORT DE LA CAUTION, EN CAS DE CESSION D’UNE ENTREPRISE, A LA BARRE DU TRIBUNAL
    Prudence, prudence... La crise économique liée à l’épidémie de Covid-19 est inédite et pourrait avoir des conséquences sur la santé financière de nombreuses entreprises, au titre desquelles figurent, notamment, les restaurants et débits de boissons. En dépit des mesures d’aide mises en pl...
  • Loyers commerciaux et covid : une histoire sans fin ?
    Publié le : 04/11/2020 04 novembre nov. 11 2020
    Actualités
    Contentieux des affaires, litiges commerciaux
    Loyers commerciaux et covid : une histoire sans fin ?
    Les « outils » et les arguments pour mieux négocier Alors que les discussions entre bailleurs et preneurs, concernant les loyers commerciaux échus pendant la première période de confinement, sont parfois encore en cours, voire n’ont pu aboutir à un accord, le Gouvernement a, une nouvelle fois, o...
  • Bienvenue à David Toursel
    Publié le : 04/11/2020 04 novembre nov. 11 2020
    Vie des affaires
    Bienvenue à David Toursel
    Nous l'avons rencontré, il nous parle de son métier d'avocat Vous venez de rejoindre l'équipe de collaborateurs de Ghislaine Betton, quelle en a été la motivation ?  "J’ai choisi de rejoindre le Cabinet Pivoine Avocats pour la qualité de ses associée et collaborateurs, de ses dossiers, de s...
  • Confinement : quelles activités sont autorisées pour les établissements recevant du public ?
    Publié le : 03/11/2020 03 novembre nov. 11 2020
    Vie des affaires
    Confinement : quelles activités sont autorisées pour les établissements recevant du public ?
    Les commerce définis comme non essentiels et les établissements recevant du public sont fermés. Le Cabinet Pivoine avocat décrypte les règles.  La seconde vague est là : jusqu’au 1er décembre 2020, la France est reconfinée.  Le décret du 29 octobre 2020, prescrivant les mesures générales...
<< < ... 2 3 4 5 6 7 8 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.